Le 1er octobre 2020, le Mauritius Turf Club avait émis un communiqué pour annoncer un changement au calendrier déjà établi et pour expliquer le pourquoi de cet amendement.

La principale raison avancée était de permettre au MTC d’effectuer un travail de maintenance sur la piste qui a été sur-utilisée avec la tenue de sept journées en août et cinq en septembre. Par ailleurs, le manque de pluie n’a fait qu’amplifier le problème.

En effet, en termes de pluviométrie, nous n’avons pas été servis par dame nature car comparativement aux années précédentes, nous avons eu un hiver sec avec seulement 14 millimètres de pluie en juin, 7 en juillet, 3 en août et 14 en septembre. Jamais n’a-t-on vu pareille chose dans le passé !

Shiam Peenith : « un volume de travail énorme en cette période »

Toutefois, il ne faut pas croire que le MTC est resté les bras croisés. Bien au contraire, Shiam Peenith, responsable de l’entretien de la piste, a été au four et au moulin avec toute son équipe, composée d’une vingtaine de personnes.

« Nous travaillons d’arrache-pied depuis des mois maintenant et, pour remédier au manque de pluie, nous avons eu recours non seulement à notre réserve d’eau, mais également à pas moins de 250 camions citernes en moyenne par mois depuis le mois de juin. En plus, nous avons fait l’acquisition d’un ‘verti-drain’, une machine qui travaille la piste pour justement aider à filtrer l’eau et l’air vers les racines. Le volume de travail est énorme en cette période de sécheresse et c’est pour cette raison que nous avons gardé la même équipe que les années précédentes. Nous sommes à l’œuvre dès le matin et, si le besoin se faire sentir, nous travaillons jusqu’à fort tard. Lors des journées de courses, nous avons deux personnes qui passent en revue l’état de la piste sur chaque cent mètres après chaque course. C’est pour vous dire que le MTC n’a pas lésiné sur les moyens en ce qui concerne l’entretien de la piste » a déclaré Shiam Peenith, qui repousse avec force les déclarations faites à l’effet que la piste est mauvaise, d’où les ennuis de santé qu’auraient alors connu certains coursiers.

Dr M.C.Domaingue : « le nombre d’ennuis en course dans les normes »

A cet effet, nous avons contacté la vétérinaire en chef du MTC, Marie Claire Domaingue qui déclare « on n’a pas eu plus de chevaux qui ont eu des ennuis en course cette année que les années précédentes ».

Au fait, a-t-elle précisé, « nous n’avons eu que deux chevaux qui ont eu des sérieux problèmes en course, notamment Mind Blowing et Ten Gun Salute. L’an dernier, nous en avions eu cinq. On peut donc dire que c’est dans les normes, tout comme pour les chevaux qui ont saigné en course. Il n’y a pas plus de l’an dernier ou les années précédentes ».